Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, (...) > écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, (...) > Déclin démographique et faiblesse de natalité en Europe, quel avenir ?

qrcode:http://argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4512 TRADUIRE cette page :
Déclin démographique et faiblesse de natalité en Europe, quel avenir ?

Des naissances insuffisantes et des migrants limités aux besoins.

jeudi 21 septembre 2023, par Jaco

Le phénomène du déclin démographique n’est pas spécifique à l’Europe. Il devient une difficulté perturbante même en Chine. D’autant qu’une fécondité au rabais agit à long terme dans la transformation des sociétés humaines. D’autres pays développés, tels que le Japon, la Chine et les États-Unis, sont atteints du manque de renouvellement massif de leurs populations, qui provoque tant des politiques de redressement que des angoisses sur l’impuissance d’érection rapide de résultats. L’Occident est particulièrement touché par ce problème, car le vieillissement est accéléré quand on succombe à la modernité sociologique.

Depuis des décennies, les pays européens, mais pas les seuls, s’alarment sur la diminution démographique, en dépit qu’elle ne soit en effondrement, mais en ralentissement. La faiblesse des naissances est une tendance qui se manifeste en mutations sociologiques attribuées à la relation homme-femme et l’objectif des couples. L’amenuisement des naissances s’est accéléré ces dernières années.

L’apport des ressortissants de l’émigration gonfle les chiffres des naissances, pour nombreux pays du vieux continent, comme en France. Alors que les populations autochtones ne se reproduisent pas intensément, les communautés de populations venues d’autres continents drainent d’autres civilisations et cultures peu acceptées. Ce qui est prenant au discours des xénophobes par le « remplacement ».

Plus de 13000 scientifiques pétitionnent pour freiner la démographie.

Le vieillissement de la population en Europe pourrait entraîner un changement de la société, alors que se prolongent les vies des personnes du fait des réussites médicales, déséquilibre la fameuse pyramide des âges. La diminution, en nombre, de la frange humaine active, multiplie la présence des personnes dépendante des aides physiques et matérielles.

L’impact de cette situation, du manque des catégories juvéniles, provoque une réduction de la force de travail et des citoyens actifs. Le déclin démographique entraînerait, sans l’apport d’une main-d’œuvre qui répond au fonctionnement de la machine des productions, la baisse de la croissance économique est fatale.

Alors qu’avoir, ou pas, une descendance pèse chez les couples, du fait des poids des charges quand les revenus baissent et les aléas culturels de la famille changent. Avec le rallongement de la durée de vie, poussant les femmes à ne procréer qu’en âge mûr, de nouveaux paradigmes de sociologie adviennent depuis l’avènement des industries, poussant la famille à être un trophée individuel.

Explosion démographique, disparités & avenir de la Terre.

C’est la France qui est en tête des pays européens en Europe, en tête pour le taux de fécondité, selon les sources Eurostat, avec 1,84 enfant par femme en métropole en 2019, répétant l’année précédente 2018. Dernièrement, nous avons publié un sujet sur le déferlement migratoire alors que les discours xénophobes ont toutes les tribunes à leur disposition.

Inéluctablement, le problème démographique engendre des conséquences sont multiples. Elles se font déjà sentir dans certains pays, notamment en Allemagne et en Italie, où la population diminue et le vieillissement s’accélère. À l’échelle de l’Union européenne, le déclin démographique pourrait avoir des conséquences importantes sur l’économie, le système de retraite et le marché du travail.

En 2023, le taux de fécondité en Europe est de 1,5 enfant par femme, ce qui est bien en deçà du seuil de remplacement des générations, qui est de 2,1 enfants par femme, pour lequel s’accordent les démographes. Cela signifie que, sur le long terme, la population européenne va baisser.

Pour tenter de résoudre ce problème, les gouvernements européens ont mis en place des politiques visant à encourager les naissances. Ces politiques incluent spécifiquement des mesures de soutien à la parentalité, comme des congés maternité et paternité plus longs, des crèches subventionnées et des aides financières aux familles.

L’avancée de l’âge de la population provoque une hausse des dépenses des budgets publics. Les besoins des dépenses de soutien aux administrés plus anciens, notamment dans le domaine de la santé et des retraites, deviendront une charge sociale pesante dans la ventilation des frais étatiques qui desservent d’autres rubriques d’équipement et de fonctionnement.

La tendance s’est manifestée depuis plusieurs décennies et elle s’amplifie au fur et à mesure que les autochtones ne produisent pas de descendances. La faiblesse des naissances dans les pays qui ont fait la révolution industrielle d’où l’humanité a pris ses moult consommations. Les moyens de productions qui se sont sécularisés avec le salariat ont eu recours aux travailleurs migrants.

Partager sur les réseaux :

Voir en ligne : Europe et démographie en U.E.

     

Recommander cette page

GNU GPL

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?